Recrutement

Contact

11 avril 2016 : Journée Mondiale de la maladie de Parkinson

Pour l’occasion de la journée Mondiale de la maladie de Parkinson le 11 Avril, l’ICM fait le point sur les dernières découvertes.

La maladie de Parkinson est la maladie neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d’Alzheimer.Deuxième cause de handicap moteur avec 4 millions de personnes atteintes dans le monde, la maladie de Parkinson se caractérise par la mort d’une population de neurones, appelés dopaminergiques. Ces neurones produisent une substance, la dopamine, jouant un rôle dans la transmission de l’information entre les neurones, et indispensable au contrôle harmonieux des mouvements. Les symptômes se manifestent par un ralentissement des gestes, une raideur des membres et du buste, des tremblements et des troubles de la marche. Ces symptômes moteurs peuvent entrainer une invalidité et une perte d’autonomie totale chez la personne qui en est atteinte.

Des traitements médicamenteux permettent de réduire les symptômes de la maladie, par l’utilisation d’agonistes à la dopamine. Cependant, il n’existe pas de traitement pour ralentir l’évolution de la maladie, on ne sait pas empêcher la mort neuronale. De plus, cette dégénérescence neuronale n’est malheureusement pas non plus limitée aux neurones dopaminergiques, ou au système moteur.

Quels sont les facteurs de risques de la maladie ? Quels sont les mécanismes responsables de la perte des neurones ? Et comment les contrer pour ralentir l’évolution de la maladie ? Les chercheurs et cliniciens mettent à profit l’environnement de l’ICM et ses plateformes technologiques de pointe pour répondre à ces questions et combattre la maladie.

http://icm-institute.org/fr/actualite/journee-mondiale-de-la-maladie-de-parkinson-3/

 

Maladie d’Alzheimer : une étude promue par l’AP-HP identifie un rôle protecteur précoce du système immunitaire

Pour la première fois chez l’homme, une étude d’imagerie montre un rôle précoce et protecteur des cellules immunitaires du cerveau, dites « cellules microgliales », dans la maladie d’Alzheimer. Les équipes du Centre hospitalier Sainte-Anne, du CEA, du centre de recherche Saint-Antoine, de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (Inserm/CNRS/UPMC) et des chercheurs de Roche ont décelé un bénéfice des mécanismes inflammatoires aux stades précoces, voire précliniques, chez un groupe de 96 sujets. Cette découverte ouvre de nouvelles pistes thérapeutiques pour ralentir, voire empêcher, la progression de la maladie d’Alzheimer. Ces travaux, issus de l’étude IMABio3*, promue par l’AP-HP, font l’objet d’une publication dans la revue Brain.

Lire la suite...

Semaine du Cerveau 2016

Pour la 17e édition de la Semaine du Cerveau, coordonnée par la Société des Neurosciences, le CEA-NeuroSpin ouvre ses portes et organise de nombreuses rencontres avec les scientifiques. Conférences, visites et spectacle pour découvrir, ou approfondir vos connaissances, sur le cerveau.

 

Lire la suite...

Financement Feder du projet US-BHE à MIRCen

MIRCen s'est doté d'un dispositif d’ouverture contrôlée de la Barrière Hémato-Encéphalique par utilisation combinée de l'IRM et des ultrasons ; cet équipement a bénéficié d’un financement FEDER.

 

L’accès des molécules circulantes au cerveau est très fortement limité par la Barrière Hémato-Encéphalique (BHE). Cela représente un écueil majeur pour le développement de nouveaux médicaments des maladies du système nerveux central, en particulier des biothérapies.

Depuis 15 ans, les ultrasons ont été proposés comme une solution efficace pour perméabiliser temporairement et localement cette barrière et ainsi permettre de délivrer de grandes quantités d’agents thérapeutiques là où ils doivent agir.

Dans le cadre d’une collaboration entre chercheurs de l’Institut d’Imagerie Biomédicale du CEA, un dispositif ultrasonore guidé par IRM a été développé, permettant de réaliser cette procédure de façon non invasive chez le macaque. Ce système permet d’envisager de multiples applications, de la délivrance de nouveaux agents de contraste à la thérapie génique, sur des modèles animaux extrêmement pertinents.