Thérapie cellulaire

Coordonnateurs

Anne-Catherine Bachoud-Lévi, MD-PhD

Cheffe du service de neurologie, Hôpital Henri Mondor

Coordonnatrice du centre de référence national pour la maladie de Huntington à l’hôpital Henri Mondor

Anselme Perrier, PhD

Directeur de Recherche Inserm (DR2)

Département de recherche CEA, MIRCen

L’efficacité de la transplantation intracérébrale est maintenant démontrée chez les patients souffrant de troubles neurologiques ; c’est particulièrement vrai quand la neurodégénérescence est localisée et n’affecte qu’un nombre limité de sous-types neuronaux comme chez les patients atteints de la maladie de Parkinson ou de la maladie de Huntington.

Les progéniteurs neuronaux homotypiques dérivés de cellules pluripotentes humaines (embryonnaires ou reprogrammées) représentent une alternative thérapeutique aux tissus fœtaux, dont l’utilisation reste compliquée, comme l’ont révélé les essais cliniques déjà publiés ou en cours de réalisation.

Cependant, pour que l’utilisation des cellules souches pour la thérapie cellulaire devienne courante, les facteurs prédictifs du succès de ces transplantations chez les patients, encore difficiles à évaluer, doivent être rapidement identifiés.

Au cours de ces dix dernières années, les essais cliniques réalisés ont fourni les preuves de l’efficacité de la transplantation de neurones fœtaux comme thérapie des maladies neurodégénératives, particulièrement pour les maladies de Parkinson et de Huntington.

Dans ce domaine, le programme MIG-HD (Multicentric Intracerebral Grafting in Huntington’s Disease) reste le projet le plus avancé (A.-C. Bachoud-Levi) : 46 patients ont été transplantés avec des neurones fœtaux humains dans divers centres en France et en Belgique avec une durée moyenne de suivi de 5 ans. Ces travaux ont permis de mettre en évidence certaines des difficultés à surmonter dans de futurs essais cliniques. Ils ont également démontré la faisabilité et l’efficacité thérapeutique potentielle de ces approches de transplantation intracérébrale, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles stratégies de thérapie cellulaire pour la maladie de Huntington et d’autres maladies affectant le cerveau.

Parallèlement à ce programme, différentes équipes de NeurATRIS explorent le potentiel des cellules souches pluripotentes humaines (hPSC) pour des greffes intracérébrales. L’objectif de ces recherches consiste à évaluer leur potentiel thérapeutique aussi bien in vitro que sur des modèles animaux (petits et gros animaux), mais également à traiter les questions de sécurité liées à l’utilisation des hPSC chez l’Homme.

L’objectif du programme de recherche « Thérapie cellulaire » de NeurATRIS consiste à développer de nouvelles méthodes pour favoriser le passage des essais expérimentaux réussis aux essais cliniques et à identifier les voies d’amélioration de ces thérapies.

Les développements méthodologiques mis en œuvre portent :

  • Au niveau préclinique : sur le contrôle de la qualité des greffes issues de cellules souches de qualité recherche, et leur conversion en cellules utilisables en essais cliniques in vitro et in vivo.
  • Au niveau clinique : sur des questions immunologiques, neurologiques, le traitement des données, les questions règlementaires et éthiques spécifiques aux essais cliniques de phase I et II utilisant des dérivés de cellules souches pluri- et/ou multi-potentes.
Track Records
Neurolead
Coordinateur : Theranexus
Partenaires : CEA – Collège de France
Financement : Bpifrance
Durée projet : 2019-2023
Monitoring the clinical status of Huntington's disease patients through automated voice and speech analysis
Coordinateur : AC. Bachoud-Lévi (Mondor)
Partenaires : Hôpital Henri Mondor – UPEC – Ecole normale supérieure, Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique: Dr. Dupoux
Developing a New Assessment Protocol for Assessment of Complex Therapies in Huntington's Disease
Acronyme : CAPIT-HD2
Coordinateur : AC. Bachoud-Lévi (Mondor)
Partenaires : Hôpital Henri Mondor – UPEC – Cardiff University: Prof. Anne Rosser/ George Huntington Institute in Münster: Dr. Ralf Reilmann
Innovative Imaging and cognitive biomarkers to predict Huntington Disease progression
Acronyme : I2BIO-HD
Coordinateur : V. GAURA (CEA/ MIRCen)
Partenaires : CEA-MIRCen Hôpital Henri Mondor – UPEC – BIO DMU Médecine
Financement : ANR/DGOS
Durée projet : 2021-2025
Prediction of cerebrovascular accidents prognosis
Coordinateur : P. Bartolomeo (ICM)
Partenaires : Hôpital Henri Mondor – UPEC – ICM – Hôpital Pitié Salpêtrière
Financement : ANR/DGOS
Durée projet : 2021-2025
Study of the effect of caffeine on the evolution of the disease in pre-manifest HD patients
Acronyme : CREAM HD
Coordinateur : C. Simonin (LiCEND)
Partenaires : Hôpital Henri Mondor – UPEC – CHU de Amiens, CHU de Angers, CHU Pellegrin, CHU de Grenoble, CHRU Lille, CHU Montpellier, CHU de Nancy, AP-HP La Pitié-Salpétrière, CHU Purpan